Socio-anthropologie des judaïcités

L’objectif de ce carnet est au moins triple :

  • mettre en dialogue les recherches en sociologie et anthropologie  du fait juif, développées dans différents pays: non seulement en France, en Italie, en Suisse ou en Espagne, en Israël, aux Etats-Unis, au Canada, au Brésil ou encore en Argentine, mais aussi dans des pays où ces recherches restent plus ou moins marginales et isolées (Maroc, Egypte, certains pays de l’Est Europe);
  • éclairer les recherches conduites dans les aires culturelles diversifiées à partir de l’exemple du monde juif. Ce dernier constitue de fait une sorte de laboratoire pour saisir, dans un monde tout à la fois intensément connecté et confronté à des nouvelles divisions et au renforcement des frontières, tant matérielles que symboliques, les régimes de distinction et d’affiliation, les ancrages locaux et les dynamiques d’extranéité, entre Israël – comme foyer ou référence de la judéité et du judaïsme – et des diasporas aux multiples espaces de référence. Au-delà de la contribution à la compréhension de l’objet « judaïsme », dont les contours doivent continuellement être redéfinis, car constamment retravaillés par la tension entre des centres et des marges de plus en plus nombreuses,  la démarche scientifique prend part aux débats des différentes disciplines par un angle d’approche particulièrement approprié;

  • tout en articulant leur réflexion à celle des sciences historiques dont l’apport est décisif pour saisir la spécificité de l’expérience collective des juifs au sein de l’histoire humaine, mettre en valeur la contribution des sciences de la société (principalement ici : sociologie, anthropologie, science politique et géographie) et des formes alternatives de savoirs (issues de la littérature, du cinéma, de la musique ou de la culture « pop » en sens large du terme), à l’analyse comparative des facettes multiples de l’appartenance juive. Il s’agit de montrer comment cette dernière est traversée par des dynamiques hétérogènes dans ses manières de penser et de mettre en pratique, à l’heure de la mondialisation, le principe de la distinction, au cœur même d’un judaïsme également caractérisé par sa diversité interne. En ce sens, travailler sur les mondes juifs, c’est aussi comprendre comment leur dynamisme et leur maintien à travers le temps se sont aussi peut-être abreuvés aux sources de cette diversité qui, loin de détruire l’idée d’unité, a au contraire paradoxalement contribué à la nourrir.

Une réflexion sur « Socio-anthropologie des judaïcités »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.